Vallouise  Magazine

Informations et Renseignements sur la Vallouise et le Pays des Écrins

 

 

Version imprimable :

...

 

______________________

______________________

 

______________________

 

Accueil

Nouvelles

Pays des Écrins

Tourisme

Quelle identité pour le Pays des Écrins ?

_______________

La définir était l’ambition initiale d’Emmanuelle Lacoste, alors nouvelle directrice de l’Office de tourisme (1). Nous sommes 9 mois plus tard et rien n’est encore sorti de ce travail. Il semblerait que cela patine dans la semoule au niveau de la marque. « Pays des Écrins » est la marque actuelle et il en faudrait une nouvelle ? En même temps, c’est aussi le nom de la communauté de communes. Donc toucher l’un(e) revient à toucher l’autre. On sortirait évidemment dans ce cas du simple cadre d’une image de marque touristique pour entrer dans un cadre politique beaucoup plus large et complexe, concernant cette fois non plus les touristes mais les premiers intéressés, c’est-à-dire d'abord et essentiellement les habitants. Leur consultation serait évidemment impérative. Non pas en termes réglementaires mais en termes de démocratie participative, particulièrement à l’ordre du jour en ce moment, et surtout essentielle à une bonne gouvernance et à une adhésion la plus large possible.

_______________

Rappelons simplement le constat dressé depuis des années : « Malgré ces atouts forts, la notoriété du Pays des Écrins est, touristiquement parlant, proche de zéro. Seuls, d’une part la Vallouise, avec Vallouise, Pelvoux, Ailefroide (l’été) et Puy-Saint-Vincent (l’hiver) et d’autre part Dormillouse (l’été) ont une notoriété correcte (1). »

 Mais n’oublions pas aussi, que par ailleurs le nom « Pays des Écrins » a été adopté par ses habitants et ses résidents.

_______________

Dans la pratique, les touristes ne viennent pas au Pays des Écrins, mais viennent d’abord à Vallouise, Pelvoux, Ailefroide, Puy-Saint-Vincent, c’est-à-dire en Vallouise, un peu aussi à L’Argentière-la-Bessée mais sans faire la différence, les derniers se répartissant entre Freissinières, Champcella, La Roche-de-Rame et Saint-Martin-de-Queyrières. En n’oubliant surtout pas que la fréquentation estivale est supérieure à la fréquentation hivernale. Surtout, les querelles de clochers ou de temples les laissent complètement indifférents.  

_______________

En réalité, l’identité du Pays des Écrins est secondaire par rapport à d’autres thématiques bien plus importantes, comme sa gouvernance, l’accueil, la qualité des prestations fournies. S’il s’était appelé simplement « Les Écrins », on n’en discuterait pas (2).

La gouvernance, déjà identifiée comme la faiblesse majeure lors des Tables rondes, le reste malgré un certain nombre d’évolutions positives : la façon même d’aborder le sujet, en pleine opacité contrairement aux Tables rondes justement, le démontre d’entrée de jeu ; aborder la question de l’unicité d’une station de la Vallouise est toujours un crime de lèse-majesté envoyant directement en enfer, alors que c’est inéluctable ; la fusion des communes est à nouveau en panne ; la décision d’aborder en priorité la question de l’identité est révélatrice de démarches subjectives en absence d’une analyse en profondeur ; etc.

L’accueil reste le parent pauvre de la démarche. Il commence avec les facilités d’accès et les moyens de transport, avec le fonctionnement des navettes en cohérence avec les autres moyens de transport, notamment en cohérence avec les horaires des trains, y compris en cas de retard de ceux-ci, avec le déneigement des routes en cas de fortes chutes de neige (3).  Il continue avec les capacités de stationnement dans les stations (4) et les villages. Tout cela n’a peut-être l’air de rien, mais on peut être sûr que les touristes concernés hésiteront à deux fois avant de revenir. Il se poursuit bien sûr dans la qualité toutes les prestations fournies, en se rappelant bien que la solidité d’une chaîne est celle du maillon le plus faible.

_______________

Alors, faut-il réellement changer la marque ? La preuve n’en a pas été fournie et il est dommage de s’être lancé dans une telle opération la fleur au fusil sans analyse sérieuse du sujet, d’autant plus que changer une marque, en même temps nom d’un établissement public, est lourd de conséquence et nécessite forcément une concertation publique pour être acceptée.

Une solution permettant d'éviter de changer le nom de la communauté de communes consisterait justement à réduire la marque à l’élément spécifique du nom, soit : « Les Écrins » (5), sous réserve de faisabilité, bien sûr (6).

Sinon, il faut tenir compte de la notoriété dominante pour ne pas repartir de zéro et cela conduit à « La Vallouise », ce qui n'est pas sans risque de rejet, ou à une marque associant « Vallouise » et « Les Écrins ».

Ou encore, considérer que le meilleur consensus consiste à ne rien changer !

_______________

Vallouise, 04 avril 2019, révisé 10 avril 2019

_______________

Notes :

(1) Paul Billon-Grand, « Pays des Écrins, question d'identité », Vallouise Magazine, 7 juillet 2018.

(2) C’est une constante en toponymie, il faut aller au plus simple et au plus court, avec des noms faciles à prononcer et écrire, y compris par des étrangers. L’élément générique « Pays » n’a aucun apport informatif ou distinctif. Il ne sert à rien. Ici, il désigne un territoire très mal défini, ce qui ne serait pas le cas avec seulement « Les Écrins ».

(3) J’ai personnellement été choqué de recevoir un appel sur Facebook de la part d’une famille en détresse dans la montée aux Alberts.

(4) Que des vacanciers à Puy-Saint-Vincent n’osent pas prendre leur voiture durant leur séjour de peur de perdre la place de stationnement longuement cherchée est grave.

(5) Au moins, la gare de L’Argentière-les-Écrins n’aurait pas également à changer de nom.

(6) Il s'agit de s'assurer que la marque n'a pas déjà été déposée, car un tel nom peut désigner beaucoup de choses. Par exemple, le lien www.lesecrins.com renvoie sur une Résidence Les Écrins, Bruxelles !

_______________

Références

...

_______________

 

Home  Accueil  Sommaire
  Vallouimages  

 

Fermer

 

 

Première version Dernière version Dernière correction
04 avril 2019 10 avril 2019 10 avril 2019

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

 

Version 1.00

Octobre 2004