Vallouise  Magazine

Informations et Renseignements sur la Vallouise et le Pays des Écrins

 

 

Version imprimable :

...

 

______________________

______________________

 

Accueil

Nouvelles

Pays des Écrins

Pays des Écrins

Histoire d'eau (2)

_______________

On se rappelle le projet d'embouteillage de l'eau de Vallouise, objet d'un précédent article dont la concrétisation devait commencer d'ici la fin de l'année 2012.

_______________ 

On en est très loin et les conditions ne semblent pas encore remplies pour que le projet entre en phase de réalisation. On en est au stade d'une convention de partenariat à signer entre, d'une part la communauté de communes du Pays des Écrins et les communes de l'Argentière et de Vallouise, et d'autre part une entreprise, dite « la Société », intéressée par la commercialisation de l'eau sous l'appellation « Eau de Vallouise » (1) et qui créerait et exploiterait à cette fin une unité d'embouteillage localisée à l'Argentière-la-Bessée.  Le conseil communautaire et le conseil municipal de Vallouise ont approuvé le principe de la signature de la convention de partenariat, mais pour l'instant en des termes différents, tandis que le conseil municipal de l'Argentière ne s'est pas encore prononcé.

Bizarrement, alors que ce n'est pas son objet et que cela n'intéresse pas la société partenaire, la convention fixe la répartition de la redevance par col entre les collectivités. La fixation de cette répartition a donné lieu à un psychodrame, non encore complètement résolu, qui laissera des traces. On connaissait le proverbe, il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ; là on s'est étripé et on s'étripe encore sur le partage du produit de la vente de la peau d'un ours encore hypothétique au lieu de s'assurer que la convention crée les conditions de l'existence de l'ours.

_______________

Plus grave, « la Société », censée mener le projet, des études de faisabilité à la réalisation et à la commercialisation, nommée SDEES (prononcer SDISE) pour Société de Développement et d'Exploitation des Eaux de Sources, n'existe que depuis le mois de juin 2012 avec un capital de 200 k€. Autrement dit, elle n'a pas la capacité financière d'investir les 15 ou 20 millions d'euros nécessaires et n'a aucune référence dans le métier.

En fait, il s'agit d'un simple fonds de commerce dont l'objet est : « le conseil pour les affaires et la gestion et plus particulièrement le conseil et l'assistance opérationnelle apportés à des sociétés d'exploitation d'eaux de sources. » Il ne s'agit donc pas d'une entreprise industrielle, mais d'une société de portage d'affaires. Malgré l'absence de références, on pourrait comprendre l'intervention d'une société de ce type dans la phase « projet ». Mais la convention de partenariat porte aussi sur la phase « réalisation », incluant la construction et le fonctionnement de l'unité d'embouteillage, et jusqu'à la commercialisation de la ressource en eau. Et dans ces domaines, elle n'a ni compétence, ni moyens. C'est pourtant elle qui s'engagerait à verser une redevance annuelle et à rembourser les investissements engagés par la Communauté de communes !

On ignore donc toujours qui se cache derrière cette société écran et quelle en est la stratégie réelle (développement ou étouffement d'un nouvel arrivant sur un marché déjà tendu). On comprend juste qu'il ne veut pas prendre de risques.

Car en l'état, la convention engage l'investisseur et l'industriel a minima et fait supporter tous les risques (2) aux collectivités, et notamment au maître d'ouvrage : la Communauté de communes. Une convention de partenariat ayant un objet aussi large que la création, le développement, l'exploitation et la commercialisation ne peut qu'être signée avec le décideur réel. Elle doit inclure des garde-fous pour protéger les intérêts des collectivités en cas de défaillance ou de cession du projet.

_______________

Espérons que l'on en saura vite plus sur ce mystérieux investisseur, sur ses intentions, sur sa solidité financière et sur ses références, et qu'il finira par s'engager lui-même. C'est une condition indispensable à la réussite du projet, sauf à devoir repartir sur un appel d'offre en bonne et due forme.

_______________

Vallouimages

Vallouise, 16 avril 2013

 

_______________

Notes :

(1) On notera que le bon sens a éliminé le nom proposé il y a un an : Vallouise 1350.

(2) Un risque important se situe au niveau de la faisabilité de la canalisation entre la source et l'usine d'embouteillage à l'Argentière. D'une part l'obtention des autorisations nécessaires n'ira pas de soi et d'autre part plus de 400 parcelles seraient impactées sur l'itinéraire.

_______________

Voir aussi :

Histoire d'eau (1)

L'eau de Vallouise embouteillée à l'Argentière

 

Home  Accueil  Sommaire
  Vallouimages  

 

Fermer

 

 

Première version Dernière version Dernière correction
16 avril 2013 18 avril 2013 19 avril 2013

 

Rome ne s'est pas fait en un jour,

ce site non plus !

Mais il faut bien commencer ...

 

Version 1.00

Octobre 2004